Akelaï

Qualité ISO 9001 et Informatique : les deux piliers de l'organisation

Références

Quelques missions récentes.
Références sur demandes.

logo Akelaï Visitez notre site WEB : www.akelai.fr

Interview: Gérard Saunal, Akelaï Conseil

Qu'est-ce que la qualité ?

La Qualité, c'est la qualité du produit fourni/livré au client.
L'histoire de la qualité montre une évolution de l'approche qualité, pour passer de la qualité du produit, contrôlée en bout de fabrication, à la qualité comme résultante du processus de fabrication. On passe d'une focalisation sur le produit à une focalisation sur le processus de production, dans le but d'éviter la non-qualité et ses surcoûts (correction du produit, rebut ...).
Dans cette approche, la qualité devient partiellement responsable de l'organisation et des processus de production. D'ailleurs la norme qualité ISO 9001 a endossé l'approche dite « processus » depuis la version 2000 de cette norme.
L'industrie manufacturière, dans ses approches de Juste-à-Temps, a effectué sa révolution et obtenu des gains de qualité et des réductions de coûts et délais extraordinaires. Le mouvement se poursuit avec les approches "LEAN".

Qu'en est-il en développement de Logiciel / Système ?

Le génie logiciel est loin d'avoir la même maturité. Il n'y a pas de méthode qui permettent d'éviter des erreurs, à tout niveau que ce soit (expression des besoins, spécification, codage, tests ).
Il ne faut toutefois pas vouloir trop vite comparer un projet de conception/développement logiciel avec la production de bien.
Un projet reste quelque chose d'unique, qui n'a pas grand-chose à voir avec une production en série de 100000 voitures...
Le génie logiciel a peu ou prou défini un processus de production (expression des besoins, spécification, conception, codage, test ...) dont il est dangereux de s'écarter. Reste que la part des tests reste très (trop ?) importante en développement de logiciel.

Où en est le génie logiciel ?

Le génie logiciel a beaucoup progressé, mais sans doute plus par les outils (environnement de développement) que par les méthodes. Je classe arbitrairement UML dans les outils et non dans les méthodes dans la mesure ou UML est plus un ensemble de notations (qui doivent être soutenues par des outils -- saisie et compilation vers des squelettes objet) qu'une méthode permettant d'assurer un résultat sans erreur.
Le génie logiciel a aussi progressé à travers des paradigmes d'architecture (MVC, architecture WEB trois tiers ...).
Toutefois, il faut bien reconnaître que le « génie logiciel » laisse une grande part de risque que les entreprises doivent traiter lorsqu'elles se lancent dans des projets de développement de logiciel et de système.
Les projets peuvent échouer. Nombre de projets sont arrêtés parce que le management a perdu confiance dans leur capacité à aboutir.

Quelle est la difficulté pour une entreprise à maîtriser ses projets ?

Le projet est bâti sur un contrat client/fournisseur qui voudrait évacuer toute incertitude (prix, délai, cahier des charges / expression des besoins). Or tout projet comporte une part d'incertitude: sur ce que l'on veut produire (qu'il faudra préciser au cours du projet), et sur le temps et le coût qu'on mettra à le produire.
Le projet est embarqué dans une logique de certitude (plan, budget ...) alors qu'il doit gérer une situation incertaine, à laquelle contribue le client aussi à travers cahier des charges ou expression des besoins qui peuvent laisser une part très large à interprétation.
La réussite (ou l'échec) d'un projet peut dépendre significativement de la manière dont fournisseur et client réussissent à coopérer pour gérer cette part d'incertitude. Il ne faut pas nier cette incertitude; il faut plutôt introduire la flexibilité qui permette d'y répondre. La difficulté n'est pas d'ordre technique, mais bien de reconnaître et traiter les aspects contractuels associés.

Par contre ...

Par contre, l'entreprise doit aider ses projets en les soutenant par de solides pratiques métiers. Plutôt que chaque projet « réinvente la poudre », c'est à l'entreprise de définir les pratiques et les outils sur lesquels les projets pourront s'appuyer : c'est la « qualité » au sens « processus » et organisation.
On trouve là la définition d'un cycle de développement, une culture des revues et tests, des documents bien gérés, etc ... Le site Akelaï est dédié à encourager ces pratiques.