Akelaï

Qualité ISO 9001 et Informatique : les deux piliers de l'organisation

Références

Quelques missions récentes.
Références sur demandes.

logo Akelaï Visitez notre site WEB : www.akelai.fr

Dérives Projet

Contexte

Cette grande entreprise française possède une division spécialisée dans le domaine ITS (Intelligent Transport Systems).
Elle est notamment reconnue pour ses systèmes de péage.
Elle a remporté fin 2009 un contrat à tranche fixe pour la refonte du système de péage d'une société d'autoroute (études et développement). La fourniture constitue une tranche conditionnelle, suspendue au bon déroulement de la tranche fixe.
Le système est développé dans une filiale étrangère, la partie spécification étant assurée en France.

Mission

Le projet de développement à l'étranger accuse des retards. Le planning a été décalé une première fois avec l'accord du client en Avril. En Juillet, la situation se dégrade à nouveau : retards et problème de qualité. La confiance du client est ébranlée.

En Août, l'entreprise française fait appel à Akelaï pour y voir plus clair: la mission est de restaurer de la visibilité sur le projet de développement et vérifier les pratiques qualité. La mission aura donc lieu sur place, à l'étranger.

Déroulement

Le premier constat est un constat humain : le projet est devenu un projet "marche de la mort" où tout repose sur l'équipe de développement. Le chef d'équipe est très engagé, mais il est en train de se "carboniser". Que se passerait-il s'il venait à craquer ?
Le second constat est encore plus radical : il n'y a pas d'organisation pour soutenir les projets. Tout repose sur l'humain. Les chefs de projet sont les "héros" de l'entreprise. L'organisation est réduite à sa plus simple expression : un projet, une équipe, un chef.
Or le projet en cours est significativement plus important et différent que ce à quoi l'entreprise est habituée. Les boulons craquent.

Il faut donc agir vite, et répondre au cahier des charges de la mission : restaurer la visibilité sur le projet.
Pour ne pas peser sur le projet, et son chef en particulier, j'obtiens du responsable local une demi-personne "project office" et je m'appuie sur le correspondant local dédié au projet que la maison mère a envoyé sur place.
Avec ces concours, nous mettons en place un noyau minimum de pratiques de gestion de projet : tenue du planning hebdomadaire avec suivi des glissements, gestion documentaire, gestion des "bugs", gestion des livraisons (fiche de livraison et réunion de livraison France/Croatie).

Il faut aussi corriger une anomalie qui explique (en partie) les problèmes de qualité: l'équipe inclut des testeurs mais le chef de projet débordé n'a pas le temps de s'en occuper. Il n'y a donc pas de validation indépendante du développement. Pour s'occuper, les testeurs travaillent comme des petites mains des développeurs, sans plan ni méthode.
Le remède est simple : créer une équipe de test distincte du développement. Il faut lui trouver un responsable: un jeune, qui ne fait pas partie des "héros", mais qui fera parfaitement l'affaire !
Cette équipe de 3 personnes écrit son plan de test, puis déroule son plan sur les différentes versions livrées, produit un rapport d'avancement quotidien, enregistre les bugs et fournit donc une mesure visible "independante" de la qualité du logiciel.

Hélas la mission s'arrête là, car il y aurait encore fort à faire. La visibilité est restaurée et s'appuie sur des constats objectifs (planning, qualité), même si le projet dérive encore.
Une très bonne surprise a été la rapidité avec laquelle l'équipe test a pris ses responsabilités et son autonomie. La filiale possède dorénavant une pratique indépendante de tests de validation. C'est une base indispensable pour basculer dans une culture centrée sur la qualité.

Il faudrait encore pérenniser les acquis (c'est le rôle traditionnel d'un responsable qualité -- je suis inquiet car cette fonction n'existe pas dans la filiale étrangère), s'attaquer aux processus techniques (conception, environnement de développement), mais aussi agir sur la culture d'entreprise et sa tendance à s'en remettre à ses "héros", dont un corollaire est de maintenir la majorité du personnel dans une sorte de dépendance démotivante.