Akelaï

La maîtrise des projets de développement IT

Projets IT


Visitez notre site Web dédié à l'ingéniérie logicielle et aux projets IT : software.akelai.fr

logo Akelaï Visitez notre site WEB : www.akelai.fr

Derives Projets

Les projets logiciels (notamment les projets de plusieurs dizaines d'hommes an et qui s'étalent sur plus d'un an, nécessitant la mise en place de plusieurs équipes) rencontrent encore et toujours des difficultés à satisfaire leurs objectifs Coût et Délai -- il faudrait ajouter la Qualité qui fait partie quasi systématiquement des dégâts collatéraux. Cette propension est encore accentuée quand le besoin client doit d'abord être exploré, analysé et reformulé -- ce qui est souvent le cas.

Aléas

Un projet peut dériver pour beaucoup de raisons. Même pour un projet qui fonctionne bien, on peut voir trois types de causes qui restent irréductibles:

Le chef de projet devra tenter de pallier ces aléas en adaptant les plans du projet. Les moyens licites seront le plus souvent :

Il s'agit d'entériner les dérives. C'est une décision « hors projet » du ressort de la direction (et du client). La réduction possible du contenu fonctionnel doit certes être anticipée dans le projet (en allouant des priorités aux fonctions et en planifiant selon ces priorités) ; mais le client risque de trouver peu à son goût l'anticipation de cette réduction fonctionnelle.

(Les moyens "illicites" consistent à sacrifier les tests pour prétendre tenir les délais. Il s'agit là d'un dysfonctionnement du projet).

Dysfonctionnements

Le chef de projet est responsable du bon fonctionnement du projet (sa capacité à progresser).
Responsabiliser le chef de projet sur le bon fonctionnement de ses équipes n'est pas le cantonner à un rôle secondaire. C'est au contraire le focaliser sur le plus important, ce sur quoi il peut et doit agir en priorité.

Beaucoup de projets logiciels ont été arrêtés non parce qu'ils dérivent, mais parce qu'ils dérivent hors de tout contrôle ; ils ont alors été arrêtés à juste titre, car ils n'auraient jamais abouti. La cause en est le fonctionnement du projet.
Autant on peut dire que le génie logiciel n'a pas encore fourni de méthodologie prédictible (en délai, voire en coûts) et répétable permettant d'obtenir un logiciel sûr, autant le génie logiciel a fourni les outils permettant de produire un logiciel raisonnablement correct -- et dont la phase de tests permettra d'assurer -- après corrections -- un niveau de qualité « suffisant ».

Les risques d'échec de projet résident plus dans le fonctionnement interne du projet (qui peut même se révéler finalement incapable de sortir le produit, hors de toute considération de coût et de délai). Le risque est proportionnel avec la taille du projet et le nombre d'équipes.

On peut relever comme causes fréquentes :

  1. Lacunes dans la coordination et la communication, non perception des besoins de communication entre les personnes/équipes du projet ainsi qu'avec le client
  2. Pas de stabilisation des besoins et exigences client, implication insuffisante du client
  3. Insuffisance d'attention apportée à la conception du produit, avec ses conséquences sur la complexité et les dépendances entre éléments, et les implications sur l'organisation du travail
  4. Absence de culture et de prise de responsabilité sur les tests et la qualité du logiciel
  5. Anticipation excessive et chevauchement des phases

On notera en particulier :

Le chef de projet devra donc être très attentif aux conditions d'efficacité de son équipe : communication, appropriation des bonnes pratiques, organiser les priorités... Il devra en particulier savoir résister à la pression des délais, protéger ses équipes, et maintenir le cap quand survient un grain.

Le rôle de la direction

Prendre le plan projet (construction sur la base d'estimations forcément hypothétiques) au pied de la lettre comme outil prédictif pour l'avancement du projet plutôt que comme outil prospectif est une illusion dangereuse.
Bien souvent le projet subira des aléas qui amèneront à modifier le plan projet qui a été construit "au plus juste". Il faudra donc juger si les dérives du projet sont dues à des aléas ou des dysfonctionnements.

La direction aura la responsabilité de s'impliquer dans le projet pour :

Références

[1] Fred. P. Brooks, The Mythical Man Month -- anniversary edition, Addison-Wesley 1995


© Akelaï Conseil 2006-2018. Akelaï Conseil encourage l'usage de navigateurs internet respectueux des normes : Google Chrome, Firefox, Opera, Safari.

Valid CSS Valid XHTML 1.0